0
Crime & Punishment Fri, 12 Jul 2019

Décès d’une fille enceinte à Ambam: les populations s’en prennent à Camtel

a victime était porteuse d’une grossesse d’environ six mois lorsqu’elle s’est fait écraser par un vieux poteau Camtel, naguère bousculé par un camion roulant à vive allure. Les populations remontées jettent le tort sur l’autorité.

L’affaire est à la une dans les chaumières de la capitale départementale de la Vallée du Ntem. « Je savais que ces poteaux qui pendent partout dans la ville finiraient par causer un drame », lance un témoin oculaire de l’irréparable survenu ce lundi 17 juin 2019 aux environs de 19h. Trois jeunes gens dont la nommée ANABA OBIANG Marie Tatiana, 17 ans, élève en classe de 2nde A4 Espagnol 1 au lycée bilingue d’Ambam et porteuse d’une grossesse d’environ six mois et ses deux amis dont une fille et un garçon, profitaient des températures suaves de la soirée dans une balade le long des artères de la ville. Arrivés au carrefour qui relie la place des fêtes à l’axe central qui mène vers la mairie et précisément en face du bâtiment abritant les services du Préfet local, ces derniers décident de s’arrêter à un coin de la rue pour un cérémonial traditionnel d’au revoir.

C’est alors qu’un camion de passage à vive allure emballe les câbles, dit-on, de l’opérateur Camtel qui y étaient pendants sur la chaussée à une hauteur considérablement basse pour les engins lourds, à cause de la forte inclinaison que connaissent actuellement beaucoup de poteaux dudit opérateur dans la ville. Du coup, un poteau lâche et se casse tout en s’abattant énergiquement avec tous ses câbles sur les trois amis. Le choc est fatal ! « Tatie est tombée, s’est relevée la tête saignante en hurlant et a fait quelques pas avant de s’écrouler quelques mètres plus loin », raconte un autre témoin qui précise par ailleurs que les autres sont restés cloués au sol.

Les trois victimes sont conduites immédiatement aux urgences de l’hôpital de district, d’où elles ont été évacuées illico à Ebolowa. « Le médecin de l’hôpital d’Ambam a vu que le choc était plus fort que lui, et a préféré envoyer les cas à Ebolowa à l’hôpital régional», commente une dame dans une foule de curieux.

Si certaines sources, au détriment d’autres, affirment que ANABA qu’on appelait affectueusement Tatie est morte avant même d’arriver à Ebolowa, on est tout de même unanime que c’est dans la capitale régionale du Sud que la victime a subi une opération qui a permis d’enlever un fœtus masculin mort également. Conséquence immédiate: deux morts. Le lendemain, mardi le 18 juin, le corps de la jeune fille retourne à Ambam. Toute la ville est plongée dans l’émoi. Ses amis, ses camarades et sa famille, tous sont inconsolables de voir le corps de Tatie se coffrer dans les caisses froides de la morgue de l’hôpital de district. Pendant ce temps, les deux autres victimes restent sous soins intensifs. Le chauffeur du camion quant à lui a été récupéré par les éléments du commissariat de sécurité publique.

Signalons que depuis quelques temps, la ville d’Ambam s’apprête à recevoir la haute tension du barrage hydroélectrique de Memve’ele et le remplacement de poteaux y a cours. Mais ces travaux affectent aussi la ligne Camtel dont les poteaux de ces axes sont quasiment tous inclinés. A certains endroits publics, les vies humaines sont menacées à cause de la forte inclinaison de certains de ces poteaux.

Une situation que ruminent mal les populations sous le regard voilé des autorités compétentes. « On nous parle seulement du festival Ekang au lieu de veiller sur la sécurité des personnes et de leurs biens », fulmine Nina. « Si ça aurait été ma fille qui est morte, je porterais plainte à Camtel et aux autorités de la ville pour négligence », lance Dénis Owona. En effet, le poteau dont la chute a couté la vie à la petite Tatie était placé entre les deux services administratifs départemental et d’arrondissement et à quelques mètres de l’hôtel de ville. Mais visiblement, dans aucun de ces services publics, la situation dramatique survenue n’a pu être prévenue.
Source: L'avenir Hebdo