0
Sports News Tue, 19 Nov 2019

Insécurité: les stades camerounais de plus en plus dangereux

Les deux matches internationaux organisés au stade Ahmadou Ahidjo de Yaoundé ont montré que les joueurs pouvaient craindre pour leur sécurité à la fin des rencontres.

Un nouveau phénomène des supporters à la fin des matches : ils investissent la pelouse, accourent devant les joueurs, les embrassent, quémandent des photos ou des maillots. C’est le triste spectacle auquel on a assisté mardi et mercredi lors des matches des Lionnes et Lions Indomptables au stade Ahmadou Ahidjo de Yaoundé. Déjà mardi dernier, lorsque la sélection féminine de football du Cameroun affrontait la Côte d’Ivoire en marge du match retour des qualifications pour les JO de Tokyo 2020, l’ouverture du score de Charlène Meyong avait provoqué la sortie dans les gradins de quelques supporters. Défiant la vigilance des stadiers, l’un a pu tenir la buteuse et la soulever.

Le second but des Lionnes Indomptables synonyme de qualification pour le 5e tour a connu le même effet avec une descente plus accrue des supporters sur la pelouse. Ils se plaisaient à la course-poursuite avec le personnel en charge de la sécurité. A la fin de la rencontre, ces spectateurs se sont déversés telles des fourmis sur le gazon naturel de Mfandena. Certaines joueuses étaient leur cible. Estelle Jonhson, la défenseure camerounaise, a presqu’été empoignée par l’un deux. Il a fallu beaucoup de temps pour exfiltrer les joueuses de l’arène.

Les mêmes actes d’indiscipline ont marqué la rencontre du Cameroun face au Cap-Vert, le lendemain. Au coup de sifflet final, la pelouse verte était noire de monde. Les supporters faisaient des glissades, sautaient, frappaient sur les montants et certains essayaient s’agripper sur les filets comme pour faire des balançoires. Le cordon de sécurité qui au départ essayait de les contenir a finalement lâché prise et est resté spectateur de tout ce qui se passait. Aucune autre course-poursuite, ni rappel à l’ordre. Le nombre des envahisseurs était beaucoup trop grand. Ces faits ont renvoyé une image négative des spectateurs camerounais.

Pour un pays qui s’apprête à accueillir deux grands évènements sportifs, une telle image est contreproductive. Ça urge de sensibiliser le public dans les gradins. Il n’est point besoin de rappeler que les instances qui gèrent le football au niveau international ne tolèrent pas l’envahissement du stade par les supporters. En dehors de livrer les chantiers à temps, le cas des spectateurs doit également être une priorité.

Source: lionsindomptables.com