0
Business News Sun, 17 Nov 2019

Affaire Sitrafer Vs Camrail : David contre Goliath face à Pilate

Suite à la descente aux enfers de la société internationale des travaux ferroviaires ( Sitrafer ), Jacques Bimaï, administrateur directeur général de cette structure, entend poursuivre les débats contre la Cameroon rails ways ( Camrail )du géant Bolloré ; devant les tribunaux de l’État du Cameroun.

La décision est prise. Balle est à la justice camerounaise pour trancher le litige qui oppose la Cameroon rails ways ( Camrail ) à la société internationale des travaux ferroviaires ( Sitrafer ). Après moult requêtes sans succès, pour un arrangement à l’amiable axé sur trois points, notamment, la réparation du préjudice causé à son entreprise et sa personne, puis la relance des activités de l’entreprise et enfin la mise au point d’un concept conjoint à soumettre à l’État et aux bailleurs de fonds pour le développement du chemin de fer camerounais, Jacques Bimaï, visiblement dépité par les attitudes du groupe Bolloré face à la situation désastreuse de Sitrafer passe à l’offensive.

Pour l’ADG de Sitrafer, « Face à ce crime économique et social , surtout à l’arrogance de Camrail du groupe Bolloré, dus à sa position dominante et son refus pour un règlement à l’ amiable soutenu par l’État camerounais , je viens de demander au consortium des avocats précités, d’utiliser tous les moyens de droit prévus par les lois et juridictions camerounaises et internationales pour que la justice soit rendue… »

Un combat pour un avenir

Ce qui s’apparente comme une bataille de David contre Goliath, sera certainement l’un des plus suivi dans secteur de l’économie au Cameroun. Surtout en ce qui concerne les conflits entreprises nationales et des multinationales. Cependant, Jacques Bimaï semble faire confiance aux institutions juridiques de son pays. « … et que jamais plus, dans notre pays une entreprise nationale ne soit liquidée de la sorte par une multinationale, qui ne se préoccupe que de son projet et de ses intérêts au détriment du développement économique, social et humain de notre pays et des populations… » s’offusque Jacques Bimaï qui ne compte pas se laisser faire, tant que son entreprise n’est pas rétablie totalement dans ses droits.

L’affaire Sitrafer, sieur Jacques Bimaï contre Camrail du groupe Bolloré ouvre donc un feuilleton judiciaire à suivre de très près.

Source: afrikinfo.net