0
Business News Sat, 5 Mar 2016

Cameroun : Nouveau poids Lourd du Diamant [Vidéo]

Video Archive

En effet, un gisement de trois millions de tonnes de réserve de rutile existe à Akonolinga, dans la région du Centre du Cameroun. Selon le Cadre d'appui à l'artisanat minier (Capam), l'entreprise Free Mining a exploré ce gisement en association avec la compagnie américaine Gilla, mais le permis leur a été retiré en juin 2013 au profit de Sicamines, une entité anglaise.

La bauxite de Minim Martap quant à elle est un gisement d'un potentiel estimé à 554 millions de tonnes par Cameroun Alumina (CAL), une entreprise née d'un joint-venture entre l'émiratie Dubal (45% des parts), l'indienne Hindalco (45%) et l'américaine Hydromine (10%). Certains experts estiment que le gisement de Minim Martap, qui va produire 7 millions de tonnes par an en phase d'exploitation, pourrait faire du Cameroun l'un des plus grands producteurs africains après la Guinée Conakry.

Développé par Cam Iron, filiale camerounaise de la junior minière australienne Sundance Resources, le gisement de fer de Mballam à l'Est du pays, qui est écartelé entre le Cameroun et le Congo Brazzaville, est doté d'un potentiel officiellement évalué à 3 milliards de tonnes. Mais, selon certaines sources, Mballam serait le second gisement de fer du Cameroun derrière celui de Nkout, situé dans la région du Sud, dont le potentiel est estimé à 2 milliards (entièrement logé sur le territoire camerounais) de tonnes extensibles à 4 milliards.

Au demeurant, le gisement camerounais qui aura le plus défrayé la chronique minière mondiale ces dernières années est celui du diamant de Mobilong, dans la région de l'Est du Cameroun. En effet, en 2011, l'entreprise sud coréenne C&K Mining, titulaire d'un permis d'exploration en 2007, avait déclaré avoir découvert « le plus grand gisement de diamant du monde » au Cameroun. Le potentiel du gisement de Mobilong était alors estimé par cette entreprise coréenne à 736 millions de carats, soit 5 fois la production annuelle mondiale de cette année-là. Mais finalement, les experts concluront à une surévaluation du potentiel diamantifère camerounais pour des fins uniquement spéculatives. Depuis lors, ni C&K Mining, ni le gouvernement camerounais ne s'aventure à esquisser un chiffre sur le potentiel de ce gisement, dont toutes les parties s'accordent cependant à reconnaître qu'il est «très important».

Cliquez sur [ VOIR LA VIDEO] pour visualiser l'element.

Source: cameroonvoice.com