Business News of Fri, 8 Feb 20190

Gestion forestière: un réseau d’exploitation illégale détruit par le gouvernement

Exploitation forestière non autorisée dans une forêt du domaine nationale (FDN) et l’exploitation forestière non autorisée dans une forêt domaniale. Telles sont les infractions commise par les exploitants forestiers, qui viennent d’être frappés par le ministère des forêts et de la faune (minfof).

Cette institution a saisi de nombreux engins des concernés ainsi qu’une importante quantité de bois en grumes et débités, écrit l’association Forêts et développement rural dans un communiqué de presse. La saisie a eu lieu à Bouandjo et Doumessandjang, dans l’arrondissement de Campo, département de l’Océan, région du Sud-Cameroun.

LIRE AUSSI: 80% de la demande de produits en bois est satisfait par le secteur informel

C’est une réponse du ministre Jules Doret Ndongo des forêts et de la faune, à la dénonciation faite plusieurs mois plus tôt par Foder, à travers le rapport d’un constat fait par la Coordination du système normalisé d’observation indépendante externe (Snoie).

ADVERTISEMENT

Dans le document qui a guidé la mission de contrôle du minfof, il est précisé que « sur le site de l’exploitation illégale, les observateurs avaient retrouvés des billes, des souches et des culées de plusieurs essences de bois non marqués. Certaines billes non marqués étaient abattues sous diamètre et non débardées ». Des faits qui vont à l’encontre de la loi portant régime des forêts de la faune et de la pêche au Cameroun.

Pour les deux infractions constatées et relevées, « les responsables s’exposent au paiement d'une amende de 200.000 à 1.000.000 de francs C.F.A et d'un emprisonnement d'un (1) à six (6) mois pour la première infraction. Et, pour la deuxième infraction, d'une amende de 3.000.000 à 10.000.000 de francs CFA et d'un emprisonnement de un (1) à trois (3) ans », rappelle Foder.

LIRE AUSSI: Baisse des exportations du bois camerounais vers le Canada

Le ministre des forêts et de la faune ne donne pas les noms des auteurs de cette exploitation forestière illégale certes, mais il écrit dans une correspondance adressé au responsable de Foder datée du 1ier février 2019, « que les contrevenants de l’exploitation forestière illégale perpétrée dans les localités de Bouandjo et Doumessandjang ont été identifiés et des contentieux ont été ouverts à leur encontre ».

Comments (0)

Today's Business News