0
Opinions Wed, 6 Nov 2019

‘Le renouveau’ de Paul Biya est un cancer en phase terminale

Ma position est connue ! La régression de tous ces concepts, de toutes ces valeurs démocratiques et dramatique. Ils ont été mis sous le boisseau par le président de la République, pour qu'il soit le seul maître. Et pas un simple maître, mais dieu et nous en sommes là!

Il a le pouvoir absolu, c'est lui qui distribue les libertés à qui il veut et comme il veut à travers le dispositif qu'il a mis en place. Vous savez, quand vous avez construit quelque chose pendant 37 ans, c'est que vous avez marqué pendant longtemps un être humain ; cela laisse des séquelles. En 37 ans, ce président a durablement marqué le mental et l'avenir du Camerounais. Il y a des gens à qui M. Paul Biya fait croire qu'il est le meilleur. D'ailleurs, c'est ce que relaient ses ministres d'Etat.

Est-ce que vous vous rendez compte du fait qu'un ministre d'Etat chargé de l'enseignement supérieur apprenne aux enfants à l'université que nous sommes les créatures du président. Il n'y a jamais eu de démocratie ou de liberté au Cameroun. Le renouveau est un cancer, et il a fait des métastases. A présent, nous sommes en phase terminale. Même le sultan Ibrahim Mbombo Njoya, roi des Bamoun, l’a démontré à travers son discours. Son diagnostic est impitoyable et juste. Il est temps que nous saisissions l'ordonnance qu'a faite le sultan et qu'on commence à travailler pour retrouver l'alternance, les mandats réduits, démolir les présidences à vie, abatte la dictature et remettre le pouvoir au peuple. Il nous faut retrouver une nation.

Columnist: Alice Nkom