0
Opinions Wed, 14 Aug 2019

Paul Biya, l'homme qui n'a aucun collaborateur honnête et fidèle

Couple Paul Biya Dion Ngute Même ceux qui donnaient l'impression d'être effacé se livrent en silence au pillage des caisses

Paul BIYA est aujourd'hui victime de sa politique basée sur un management qui privilègie les incompétents et qui tue les genies. Cet etat de choses est à la base du chaos general qui regne au Cameroun.Aujourdhui encore, Paul biya souffre dans sa chair interieure. Avoir personne en qui faire confiance est terrible pour cet homme de 87 ans qui n'a été entouré jusque-là que de cleptomanes qui n'ont passés tout leur temps qu'à siphonner les caisses publiques tout en donnant l'impression de travailler pour le peuple.

Dans les différents gouvernements successifs de Paul BIYA, il est extrêmement rare de ne pas trouver quelqu'un ayant détourné en terme de milliards. Il y'a certes quelques uns qui n'ont pris que quelques centaines de millions qui ne sont rien à côté de l'unité de mesure du vol des autres qui commence au milliard.

Dans le récent gouvernement, même ceux qui donnaient l'impression d'être effacé à l'instar de Joseph Beti Assomo se livrent en silence au pillage des caisses publiques.

Depuis la nomination de JOSEPH BETI ASSOMO à la tête du Ministère de la Défense, ce dernier a pris les mauvaises habitudes de Mebe Ngo'o. Il fait désormais gagner les marchés publics à sa propre épouse au sein de l'armée.

Pendant que sa belle soeur également rafle tous les marchés juteux à la gendarmerie,les militaires et les gendarmes manquent de tout. L'armée est devenue un grand comptoir ou tout s'achète et ou tout se vend. Pendant ce temps,d'autres militaires meurent au front sans primes alors que le MINDEF en profite pour se mettre pleins les poches.

On dirait que l'exemple de Mebe Ngo'o ne lui a pas suffit. Malgré le fait que depuis un mois, il se fait auditionner dans son bureau par l'un des jugés incorruptibles du Cameroun à l'heure actuelle du nom de BETEA, il ne semble pas vouloir résigner.

À côté de Beti Assomo, ils sont très nombreux dans le gouvernement.

NGOH NGOH FERDINAND, le SGPR lui s'est bien sucré sur l'ensemble des chantiers de la CAN et comme pour se moquer des camerounais, il s'est donné le titre de MINISTRE D'ETAT.

JOSEPH FOUDA, lhomme des pourcentages et des pots de vins auprès des investisseurs est toujours CONTRE AMIRAL.

AMOUGOU BETE, Chef d'État major du PRC lui continu de manger les primes des éléments sans être inquiété.

Le vieux CLAUDE MEKA, chef d'État major des armées, étant déjà aveugle renfloue ses coffres forts.

MBARGA NGUELE

GALAX ETOA nouvellement arrivé à la tête de la gendarmerie se contente de rafler le budget à lui alloué sans octroyer des dotations aux gendarmes.

MAXIME EKO EKO, à la tête de la DGRE est totalement devenu un homme d'affaire et créé des informations pour être financé.

JEAN KUETE à la tête du Secrétariat général du RDPC vend désormais les promotions dans le parti.

LOUIS PAUL MOTAZE, dilapide des lignes budgétaires secrètes au ministère des finances et octroi des appuis masqués à AMOUGOU Belinga dont il est lun des actionnaires de VISION FINANCES qui est une banque de blanchiment d'argent et d'arnaque.

NGANOU DJOUMESSI, l'actuel ministre des transports lui s'est tellement enrichi au ministère de l'économie au point de commencer à investir dans l'hôtellerie.

LAURENT ESSO le ministre de la justice grâce au cabinet ATOUT vole désormais tout Douala. Il arrache les terrains et rachete des immeubles à des francs symboliques pour cacher tout l'argent volé à la justice.

CAVAYE YEGUIE DJIBRIL a tellement mis ses enfants à lenam au point ou il paie désormais des DG POUR nommer ses enfants.

LIBOM LI LIKENG MENDOMO, à la tête des postes et télécommunications du fait de son incompétence préfère vivre des retro commissions de tout ce qui se fait dans le domaine des télécom au Cameroun...

Qui sera épargné? Tous sont dans la nasse. Paul BIYA n'a pas de chances avec ses collaborateurs. NOUS Y REVIENDRONS avec les autres profiles dans nos prochaines publications !

Columnist: Patrice Nouma